Désaveu de l'interi-maire : y-a-t-il un pilote dans l'avion ?...

Publié le 30 Avril 2016

Quel désaveu pour "l'interi-maire" de voir ainsi publiquement dans la presse, remise en question sa politique par plusieurs de ses proches, dont une élue de sa propre majorité et le père de son adjointe aux finances !

Dans l'article en question (le Pays Briard du 26 avril dernier...), l'association "Réussir Crécy" (qui avait disparu depuis de très nombreuses années pour laisser carte blanche à Michel HOUEL pour de nombreuses autres raisons que politiques...) remet en question sans ambiguïté la décision de Bernard CAROUGE, de lancer la construction d'un terrain multisports synthétique.

Tout d'abord, rappelons que l'idée d'un terrain synthétique avait été portée par notre équipe, bien avant la majorité municipale d'aujourd'hui, pendant la campagne pour la dernière élection municipale : voir document ci-dessous.

Page 6 du programme de notre équipe lors des dernières municipales

Page 6 du programme de notre équipe lors des dernières municipales

Évacuons tout d'abord la question de la construction ou non d'un terrain synthétique à Crécy-la-Chapelle. Trop souvent, il est reproché aux politiques de toutes sortes, de faire des promesses avant et de ne pas les tenir après !

Le terrain multisports synthétique, de ce point de vue là, était un engagement de campagne de mon équipe, mais également de celle de la majorité actuelle : il y avait donc fort à parier qu'il finirait pas se réaliser un jour ou l'autre.

La vraie différence entre l'équipe majoritaire et mon équipe sur ce sujet, est que Michel HOUEL l'avait annoncé aux "footeux" pour la rentrée 2015 (promesse électorale, quand tu nous tiens...), alors que j'avais été bien plus lucide en donnant une date de réalisation en 2017, financement oblige !

Il y a fort à parier qu'il ne sera pas réalisé en 2016... Espérons qu'il le sera en 2017 !

Oui, je dis "espérons", car de notre point de vue, il n'y a aucune ambiguïté sur la nécessité de réaliser cet équipement pour notre commune.

Et pas uniquement pour le club de football, comme l'affirment les responsables de l'association "Réussir Crécy" ! Bien évidemment, un terrain multisports qui vient en lieu et place d'un terrain de football existant profitera en premier lieu aux footballeurs... Mais pas seulement.

Cet équipement présente plusieurs avantages non négligeables :

- il permet de s'entraîner tout au long de l'année, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, puisque les terrains sont régulièrement fermés l'hiver notamment, soit à cause des inondations dues au Morin, soit à cause des intempéries (désagrément pour les familles, les sportifs et les scolaires),

- l'entretien est beaucoup moins onéreux qu'un terrain en gazon (tonte, traçage, etc.),

- c'est bien plus écologique, puisqu'on n'utilise plus de produits phytosanitaires pour son entretien, etc.

Et puis dernier argument de taille, si nous voulons conserver un club de football qui soit attractif et qui donne de bons résultats, il est indispensable d'avoir un terrain synthétique ; dans le cas contraire, les bons joueurs choisissent trop souvent de partir s'entrainer dans d'autres villes qui en possèdent un. Un bon club de football, c'est aussi la fierté de la ville qui le porte !

Pour toutes ces raisons, Crécy doit s'équiper d'un terrain de football synthétique

et nous ferons tout pour que cette promesse devienne réalité.

Mais revenons un instant sur les agitations de cette association "Réussir Crécy" et sur les conséquences du positionnement de certains des proches de l'interi-maire contre le terrain synthétique.

Car il faut bien l'avouer, cette sortie médiatique que l'on peut qualifier de désaveux public de la part de certains membres de son équipe et de très proches, ne pourra rester sans conséquence.

Pourquoi cette association ne s'est-elle pas réveillée pendant la campagne électorale puisque ce projet était annoncé dans notre programme, tout comme dans celui de la majorité ?

Les "membres contestataires" de la majorité municipale (avec qui j'ai eu l'occasion d'aborder le sujet il y a peu, et ils sont nombreux !), ont tous voté comme un seul homme les demandes de subventions, ainsi que l'inscription au budget des 800.000€ pour la réalisation du terrain synthetique lors du Conseil Municipal du 15 avril dernier ! A l'unanimité !!! 

Y compris bien entendu celles ou ceux qui sourient sur la photo du Pays Briard... Et qui ont profité des largesses de la commune pour le compte de leur propre association il y a peu de temps...

 

Ils ont bonne mine de faire paraitre un article dans la presse une semaine après, en contestant cet investissement, alors qu'ils l'ont eux-même voté !

Pire encore, le Président de l'association qui n'est autre que le père de l'Adjointe aux finances, celle-là même qui a détaillé le mécanisme de financement pendant le fameux Conseil Municipal du 15 avril, ose dire dans l'article qu'il y a de nombreuses questions qui restent sans réponse à ce sujet... 

 

Si j'osais, je lui conseillerais d'en parler avec sa fille lors de leur prochain déjeuner dominical...

 

Ce serait risible si tout ceci se déroulait dans une pièce de théatre. Seulement voilà, il s'agit du quotidien des Créçois et de la façon dont les élus conduisent la politique communale et gèrent l'argent public. Nous savons depuis que nous avons découvert le montant de la dette du camping, que notre ville n'est pas gérée "en bon père de famille", mais nous ignorions à quel point le malaise est installé au sein de la majorité qui est censée être soudée derrière son "leader". Les Crécois ne doivent pas faire les frais de la mésentente des élus de la majorité !

Je ne pourrais que conseiller aux élus mécontents, de remettre leur démission à Monsieur l'interi-maire, plutôt que de voter favorablement un projet "comme des veaux", comme disait le Général-de-Gaulle, pour le contester une semaine plus tard dans la presse locale. 

 

Comme a dit un jour Jean-pierre Chevènement, "un Ministre ça ferme sa gueule.

Et si ça veut l'ouvrir, ça démissionne !"

 

Autrement dit, l'interi-maire a un sérieux problème de discipline dans son équipe. Désavoué de la sorte publiquement par une élue et des proches de son équipe dans la presse, les orientations de sa politique remises en cause.  

À la place de Bernard CAROUGE, je serais probablement fâché de cette attitude qui ne fait qu'affaiblir une équipe municipale déjà bien en peine, après les démissions et les déménagements successifs.

À moins que tout ceci ne soit que de l'enfumage....

Désaveu de l'interi-maire : y-a-t-il un pilote dans l'avion ?...

Rédigé par Sebastien CHIMOT

Publié dans #Politique

Repost 0
Commenter cet article