Il faut ouvrir le débat sur l'armement de notre Police Municipale !

Publié le 23 Novembre 2015

Mon courrier du 18 juin dernier demandant un débat l'armement de la Police Municipale

Mon courrier du 18 juin dernier demandant un débat l'armement de la Police Municipale

J'avais interpellé Bernard CAROUGE le 18 juin dernier, sur l'opportunité d'ouvrir le débat sur l'armement de notre Police Municipale à Crécy. L'Etat proposait de donner des armes de la Police Nationale aux collectivités qui en faisaient la demande, pour doter leur Police Municipale.

Courrier resté sans réponse... Et ni débat, ni armement... Dommage.

Il est temps cette fois que la majorité municipale prenne ses responsabilités sur cette question qui est, malheureusement, revenue au premier plan de l'actualité avec la vague d'attentats que notre pays a connue en 2015 et particulièrement la semaine dernière...

L'armement des agents de la Police Municipale ne devrait pas être, de mon point de vue, accessoire, mais au contraire il devrait être juridiquement un pré-requis et à l'inverse il faudrait que ce soit l'absence d'armement qui soit l'exception !

Tout d'abord pour des raisons de sécurité de nos personnels : qui peut croire un instant que les terroristes, les voyous ou les braqueurs fassent la différence sur la voie publique, entre un Policier National, un Gendarme ou un Policier Municipal ?

Ensuite, l'armement des forces de l'ordre a vocation à protéger celui qui le détient, mais également autrui : autrement dit, la population !

Enfin, l'aspect dissuasif de l'armement n'est pas à négliger ; savoir que la Police municipale est armée ne peut que jouer un rôle de frein dans certains cas, par rapport aux "individus animés pas de mauvaises intentions"...

Je relance donc immédiatement et par écrit Bernard CAROUGE, afin qu'il inscrive à l'ordre du jour le débat relatif à l'armement de notre Police Municipale. Ce n'est pas accessoire, c'est indispensable !

De la même manière, je demande officiellement la création d'une commission municipale "sécurité" qui permettra de travailler concrètement sur les sujets de sécurité pour nos administrés. Donner une délégation sécurité à un conseiller municipal est insuffisant, sans la création de cette commission de travail.

Mes élus et moi-même espérons que cette fois, Bernard CAROUGE prendra au moins le soin de nous répondre... La gravité de la situation exige de dépasser les querelles politiques !

Rédigé par Sebastien CHIMOT

Publié dans #Politique

Repost 0
Commenter cet article