Nous n'aurons pas le passeport biométrique à TRILPORT ! On dit merci qui ?

Publié le 8 Janvier 2009

passeportbiomtrique.jpg

   Le 30  avril 2008 a paru le décret définissant le projet de futur passeport : il contiendra une puce lisible à distance (RFID) dans laquelle seront enregistrées une photo et les empreintes digitales numérisées de deux doigts du titulaire (parmi huit prélevées), toutes ces données étant centralisées au sein d'une base appelée TES.

Les premiers passeports devront être délivrés au plus tard le 28  juin 2009, en application d’un règlement du Conseil européen. Un consortium Sagem-Atos a déjà été retenu pour le marché. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a considéré, en décembre 2007, que, vu l’ampleur du dispositif, le Parlement aurait dû légiférer. Avis sans effet. Elle estime que les raisons avancées par le Gouvernement "ne justifient pas la conservation, au plan national, de données biométriques telles que les empreintes digitales, et que les traitements ainsi mis en œuvre seraient de nature à porter une atteinte excessive à la liberté individuelle." 

L’argument officiel des pouvoirs publics est la lutte contre la fraude documentaire et l’usurpation d’identité. Mais, dans un rapport d’avril 2006, l’Assemblée nationale cite plus spécifiquement le passeport biométrique comme l’une des mesures européennes de lutte contre l’immigration illégale.  

Par ailleurs, suite aux attentats du 11  septembre 2001, les Etats-Unis conditionnent l’entrée sur leur territoire à la possession de passeports biométriques… et l’Europe s’adapte. La sécurité, c’est la gestion des risques. Cela signifie les réduire, les accepter ou les contourner, toute mesure de sécurité n’étant adoptée que suite à une analyse exhaustive des vulnérabilités et risques encourus. 

Concrètement pour nous...

Certaines communes de Seine et Marne ont été désignées pour recevoir ce fameux passeport biométrique, mais il ne se fera pas à TRILPORT ! Alors que l’on peut largement considérer qu’il s’agissait là d’une véritable chance pour notre commune, le Maire a émis tellement de réserves, que le Préfet a préféré réviser sa copie et confier cette mission à une commune qui était bien moins réfractaire : NANTEUIL-LES-MEAUX ! 

Pour en avoir discuté personnellement avec le Maire de NANTEUIL-LES-MEAUX, il s'agit en effet d'une opportunité plus qu' un handicap pour une commune, de délivrer le passeport biométrique.

En effet, il s'agira pour cette commune de délivrer le passeport pour un nombre important de nos concitoyens (on parle d'un bassin de 30000 habitants), ce qui ne signifie pas que toutes ces personnes demanderont forcément un passeport, mais qu'elles sont suceptibles de le faire.

Bien évidemment , la Mairie délivrant ce fameux passeport biométrique devra être en capacité de répondre à la demande, et NANTEUIL-LES-MEAUX a bien compris que nombreux seront les personnes qui s'arrêteront chez le boulanger pour acheter une baguette ou le relais presse pour le journal, profitant ainsi de l'occasion !

Certains Conseillers Municipaux de la Majorité ont cru bon rétorquer à cet argument lors du dernier Conseil Municipal de décembre, qu'ils n'attendaient pas d'aller chercher un document administratif à la Sous-Préfecture de MEAUX pour faire leurs courses dans ce quartier Meldois !

Une réponse qu'il est nullement besoin de commenter...

En clair, non seulement le soutien de la Majorité Municipale aux commerçants de TRILPORT est quasiment inéxistant (en dehors des périodes électorales bien évidemment !), mais elle vient une fois de plus de passer à côté d'une occasion sérieuse d'un apport de clientèle certain.

Ajoutez à cela un service en moins pour tous les Trilportais, puisque ces derniers devront se déplacer dans une autre Mairie pour faire établir leur passeport dorénavant, et vous obtenez le résultat du choix délibéré et plus que discutable du Maire de TRILPORT !!!

Rédigé par sebastienchimot

Publié dans #Politique

Repost 0
Commenter cet article